France-002104B_-_Carcassonne_(15619732639)

LANGUEDOC

Les belles bouteilles de l’Ouest audois

 

À l’ouest de Carcassonne, des vignerons talentueux et ambitieux sortent de l’anonymat Cabardès, Malepère et Limoux, trois appellations languedociennes à suivre de près.

D’est en ouest ou d’ouest en est, que l’on circule en voiture, en vélo ou à pied, le changement de paysage est saisissant. Que ce soit le long du canal du Midi, sur les crêtes du Razès qui dominent la vallée de l’Hers ou sur les premiers balcons de la Montagne Noire, l’Ouest audois est un pays où le basculement entre univers atlantique et univers méditerranéen est palpable. Limouxin, Malepère et Cabardès sont à la fois des pays de rupture et de synthèse. Marginal en Languedoc, négligé par les instances collectives montpelliéraines, tant à cause de l’éloignement que de ses AOC s’exprimant au travers de cépages atlantiques, le vignoble de l’Ouest audois se retrouve au centre géographique de la nouvelle région Occitanie. Cette nouvelle donne administrative va-t-elle de pair avec un renouveau des appellations ? Avec 2015 et 2016 sur le marché, deux millésimes favorables à l’Ouest audois, un tour d’horizon approfondi s’imposait. 

Outre les AOC, dans les trois vignobles sont produits des IGP (Pays d’Oc, Haute Vallée de l’Aude, Côtes de Prouilhes, Cité de Carcassonne…) et des Vins de France, dont certains figurent parmi les plus intéressants de la région.

De forts caractères À chaque nouveau millésime, le Cabardès marque des points, se distinguant de son important voisin le Minervois tant par le style des vins que par les personnalités vigneronnes qui l’animent. Ces forts caractères tirent le meilleur parti d’un encépagement mi-atlantique, mi-méditerranéen pour composer des vins où prime la vision de l’homme.

La Malepère, appellation la plus occidentale du Languedoc, offre des paysages agricoles où la vigne occupe une place discrète. Très jeune, l’AOC émerge progressivement. Il reste beaucoup de travail pour sortir de l’anonymat 

malgré des réussites individuelles notables. Niché au pied des Pyrénées, le Limouxin demeure le vignoble de la bulle; celle-ci a perdu de son lustre, même si des propositions originales émergent ici ou là. Une nouvelle génération de vignerons arrive, avec la volonté de produire des vins tranquilles intenses et typés, fondés pour l’heure sur des cépages « internationaux ». Il suffirait d’un rien pour que le vent tourne en faveur du Limouxin, de ses paysages sublimes et de ses terroirs si divers… Le chemin est encore long. Dans ces trois vignobles, le fossé reste important entre les meilleurs vignerons et la masse qui se contente d’une production approximative. L’identité doit se préciser, peut-être au travers de la redécouverte de cépages « autochtones », certainement au travers d’une ambition accrue de se mesurer aux grands vins de France et du monde.

A SUIVRE : Domaine Jean-Louis Denois ~ Château de Pennautier